Friday, 25 April 2014

コム・デ・ギャルソン SS14

Designed by Rei Kawakubo, this new collection from Comme des Garçons is the result of the house, unstructured and totally apart form the human body. Sometimes you can feel an harmony with the body like a symbiosis but not on this catwalk. Each outfit is only carried by a model and there is no accord, the model is like a prisoner, like a doll from her dress. At some points she reminds me of Thom Browne, they both don't really think about ease and "wearability", they just do what they like, what they think about how to achieve what they want to show. This is a huge advantage that Rei holds, because she does not play with the whole marketing and trendy thing that remains outside the catwalk and in the street, she does not play with money. Of course she mades loads of money, but like an artist she will do her job first and see after that if it works like she thought it would, and like an accomplished artist it will work perfectly. Therefore she did not follow the trend of printed jumpers which invaded the catwalk since at least two years by now, and I am quite happy with that because we need some defiant, who will not give in just because of the greedy marketing aspect of the "brand", and who will carry on the arty way of thinking of the designers.



Créé par Rei Kawakubo, cette nouvelle collection de Comme Des Garçons n'est que la suite logique de cette maison, dé-structurée et complètement mise à part du corps humain. Parfois il nous arrive de sentir une harmonie entre le corps et la tenue comme une symbiose mais pas dans ce défilé. Chaque tenue est portée par le mannequin et il n'y a pas d'accord, le mannequin est comme prisonnière, un peu comme une poupée de sa robe. Quelque part, elle me rappelle Thom Browne, tous deux ne pensent pas vraiment aux termes d'aisance et de "portabilité", ils ne font juste que ce qu'ils aiment, ce qu'ils pensent afin de pouvoir obtenir ce qu'ils souhaitent montrer. C'est un énorme avantage que Rei garde, parce que elle ne joue pas avec l'aspect marketing et les tendances qui restent dans la rue et en dehors du défilé, elle ne joue pas avec l'argent. Bien sûr elle en engrange énormément, mais comme un artiste elle va d'abord faire son boulot en premier et observera les conséquences après, et tout comme un artiste accompli ça marchera. De ce fait, elle n'a pas suivi les tendances des imprimés sur les pulls qui n'ont fait qu'envahir les défilés depuis au moins deux ans maintenant, et j'en suis assez content car il faut bien quelques réfractaires, qui ne se plieront pas à une tendance juste pour suivre un plan marketing avide, et qui vont perpétuer l'aspect artistique des créateurs.

1 comment:

BLOGGER TEMPLATE BY pipdig